TP expérimentation animale : une étudiante témoigne


17 avril 2018
TP expérimentation animale : une étudiante témoigne

Le témoignage de Lisa1

En 2015, J’ai demandé à être transférée à l’IUT Lyon 1 pour me rapprocher de ma famille. Avant d’entrer dans ce cursus je me suis informée.

Je savais que le programme comportait une option “expérimentation animale” qui utiliserait des animaux de laboratoire. J’ai fait en sorte d’avoir confirmation auprès de l’IUT qu’il s’agissait bien d’une option.

Prenant le terme “option” pour ce qu’il veut dire, j’ai quand même accepté d’entrer à l’IUT en pensant n’être obligé à rien vis à vis de l’expérimentation…

Pourtant, tous les travaux pratiques de pharmacologie sont en réalité des TP d’expérimentation animale.

10 animaux par TP, par classe, par semaine.

Un TP de quatre heures par semaine, environ dix binômes par TP, un animal par binôme. Cela fait dix animaux par TP, par classe, par semaine. Les animaux arrivent vivants dans des cages et sortent morts dans des sacs poubelles. La plupart du temps, nous devions les piquer au pento-barbiturique pour les plonger dans le coma, les opérer, puis les piquer une nouvelle fois pour les tuer. Pendant tout le TP ils sont contentionnés sur le dos avec les pattes scotchées.

Lors d’un des TP nous devions enfermer un rat dans une boite de contention à peine assez grosse pour lui, afin de lui bloquer la queue et prendre sa tension artérielle. Pour un autre, nous avons dû opérer un rat pour mettre des fils sur son estomac, puis le refermer, le maintenir en vie une semaine, brancher les fils à une machine, prendre des mesures, puis tuer le rat. Pour un autre, nous avons dû extraire le cœur d’un cochon d’inde de sa poitrine et le plonger, encore battant, dans un liquide de survie afin de tester différentes substances chimiques sur lui. On laissait le cobaye se vider de son sang dans sa propre cage thoracique. Pour un autre, ils nous ont fait décapiter une grenouille vivante, au ciseau,