Levée de fonds pour Vivodyne pour combler l’une des plus grandes lacunes en matière de découverte de médicaments, les nouveaux organoïdes du côlon et autres

Levée de fonds pour Vivodyne pour combler l’une des plus grandes lacunes en matière de découverte de médicaments, les nouveaux organoïdes du côlon et autres


Actus sur les méthodes non-animales

27 novembre - 1er décembre 2023

Cette startup a levé 38 millions de dollars pour combler l’une des plus grandes lacunes en matière de découverte de médicaments

Vivodyne, soutenu par Khosla Ventures, cultive des tissus humains en laboratoire pour tester de nouvelles thérapies potentielles avant qu’elles ne soient soumises à des essais cliniques.

Seulement 10 % environ des médicaments en cours de développement arrivent sur le marché. Ce nombre est resté pratiquement inchangé depuis le début des années 1990, malgré les progrès scientifiques majeurs – génomique, systèmes automatisés pour mener des expériences et intelligence artificielle. Une des principales raisons : les modèles de recherche en laboratoire qui ne peuvent pas capturer avec précision le comportement des médicaments chez une personne réelle. C’est quelque chose qui doit changer, car les échecs multiples sont l’une des principales raisons pour lesquelles le développement d’un seul médicament peut potentiellement coûter plus de 2 milliards de dollars.

Vivodyne fabrique en laboratoire des tissus d’organes humains pouvant être utilisés pour des tests précliniques de médicaments potentiels, ainsi que des systèmes d’IA capables de collecter et d’analyser rapidement les données de ces tests. Il s’agit d’un remplacement, a‑t-il déclaré, des modèles de laboratoire unicellulaires à grande échelle ou des tests sur les animaux qui dominent le marché aujourd’hui, qui permettent un dépistage à grande échelle pour le traitement de maladies infectieuses ou de certains cancers, mais ils nécessitent également beaucoup de main d’œuvre et ne sont pas aussi efficaces. utile pour les maladies plus complexes. Mercredi, la société a annoncé avoir levé un tour de table de 38 millions de dollars dirigé par Khosla Ventures. Bison Ventures, MBX Ventures, Kairos Ventures et CS Ventures ont également participé au tour de table.

Pour en savoir plus (article en anglais)

Les nouveaux organoïdes du côlon ressemblent de plus en plus aux côlons sains mais aussi à ceux malades

Les chercheurs ont développé des organoïdes contenant des cellules immunitaires naturelles à un stade précoce, ce qui pourrait conduire à un traitement personnalisé efficace.

Les chercheurs de l’Université médicale de Caroline du Sud (MUSC) et de l’hôpital pour enfants de Cincinnati ont créé un modèle pour étudier le côlon malade.

Cela pourrait conduire au développement de traitements personnalisés pour les maladies liées au côlon, comme le cancer et les maladies inflammatoires de l’intestin (MII).

Les méthodes d’étude des maladies du côlon, comme le cancer du côlon et les MII, ont été limitées jusqu’à récemment aux cellules et aux modèles animaux.

Souvent, les cellules sont extraites de tumeurs cancéreuses, ce qui diminue leur applicabilité à l’étude de maladies non cancéreuses.

De plus, les traitements sur des modèles animaux n’apportent parfois pas les mêmes avantages aux humains.

Les organoïdes, groupes tridimensionnels (3D) de cellules qui imitent les fonctions des organes, sont beaucoup plus complexes que les cultures de cellules humaines.

Cependant, ils ne possèdent pas les caractéristiques d’organes humains complets et, contrairement aux modèles animaux, ils ne sont pas connectés à un système corporel complet.

Pour surmonter ce problème, le Dr Munera, le Dr Wells et leurs collègues ont induit ces organoïdes de nouvelle génération à développer des types de cellules immunitaires à un stade précoce, qui résident naturellement dans le tissu du côlon.

Pour en savoir plus (article en anglais)

Des chercheurs des National Institutes of Health (NIH) découvrent un modèle d’activité génétique pour le TDAH

Une nouvelle étude utilise des tissus cérébraux post-mortem pour comprendre les différences génomiques chez les individus souffrant d’un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention.

À ce jour, il s’agit de la première étude à utiliser des tissus cérébraux humains post-mortem pour étudier le TDAH.

D’autres approches pour étudier les problèmes de santé mentale comprennent l’analyse non invasive du cerveau, qui permet aux chercheurs d’examiner la structure et l’activation des zones cérébrales.

Cependant, ces études manquent d’informations au niveau des gènes et sur la manière dont ils pourraient influencer le fonctionnement cellulaire et provoquer des symptômes.

Des chercheurs des National Institutes of Health ont réussi à identifier des différences dans l’activité des gènes dans le cerveau des personnes atteintes du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

L’étude, menée par des scientifiques de l’Institut national de recherche sur le génome humain (NHGRI), qui fait partie du NIH, a révélé que les individus diagnostiqués avec un TDAH présentaient des différences dans les gènes codant pour des produits chimiques connus que les cellules cérébrales utilisent pour communiquer.

Les résultats des découvertes, publiés dans Molecular Psychiatry, montrent comment les différences génomiques pourraient contribuer aux symptômes.

Pour en savoir plus (article en anglais)

Plus de 300 universitaires et experts industriels sud-coréens appellent à l’adoption de projets de loi promouvant une meilleure science sans utilisation d’animaux

Humane Society International/Corée et 346 experts universitaires et industriels sud-coréens ont remis une lettre au président de la commission de la santé et du bien-être de l’Assemblée nationale, Dong Kun Shin, exhortant le gouvernement coréen à adopter des projets de loi promouvant une science de pointe remplaçant l’expérimentation animale.

Avec un consensus croissant parmi les scientifiques reconnaissant l’importance de fournir un soutien systémique au développement et à la mise en œuvre de méthodes humaines et non animales, deux projets de loi ont été présentés à l’Assemblée nationale ; la loi sur la promotion du développement, de la diffusion et de l’utilisation d’alternatives aux méthodes d’expérimentation animale (loi PAAM), parrainée par le membre de l’Assemblée In-Soon Nam en 2020, et la loi sur la revitalisation du développement, de la diffusion et de l’utilisation d’alternatives aux méthodes d’expérimentation animale

Pour en savoir plus (article en anglais)

Les organoïdes dérivés du patient (PDO) représentent un outil prometteur pour le traitement personnalisé dans la découverte de médicaments.

Molecular Devices a utilisé une méthode exclusive pour générer des PDO hautement standardisées et prêtes à être analysées ce qui a permis de démontrer leur utilité dans les applications à haut débit utilisant des PDO pour le cancer colorectal (CRC).

Ces organoïdes tumoraux sont des mini-répliques multicellulaires de la tumeur 3D et il a été démontré qu’ils conservent leurs caractéristiques in vivo et que leurs organoïdes dérivés répondent de la même manière aux médicaments.

Cependant, des défis tels que la reproductibilité, l’évolutivité et le coût des tests ont limité l’utilisation des PDO dans les pipelines traditionnels de découverte de médicaments.

Traités avec des médicaments anticancéreux sélectionnés à diverses concentrations, les PDO ont été surveillés au fil du temps à l’aide de l’imagerie par lumière transmise, et un modèle de segmentation d’images basé sur l’apprentissage profond a été développé pour analyser la taille, la texture, l’intensité et d’autres lectures morphologiques et phénotypiques des PDO.

Pour en savoir plus (article en anglais)

Avancées dans la modélisation in vitro des maladies pulmonaires : focus sur le modèle de tranches pulmonaires découpées avec précision (PCLS)

Mardi 5 décembre 2023 de 10h00 à 11h00

Le webinaire est présenté par le Dr Hanan Osman-Ponchet, fondatrice et PDG de PKDERM, une société de biotechnologie française de premier plan spécialisée dans les solutions in vitro innovantes pour évaluer l’efficacité et la sécurité des produits pharmaceutiques et cosmétiques. Elle est titulaire d’un doctorat en biochimie et possède 20 ans d’expérience dans le développement de médicaments chez Sanofi.

Pour en savoir plus (article en anglais)