Déclaration stratégique de l’ECHA, réglementation britannique sur les produits chimiques, catalyser le développement des NAMs aux États-Unis et autres

Déclaration stratégique de l’ECHA, réglementation britannique sur les produits chimiques, catalyser le développement des NAMs aux États-Unis et autres


Actus sur les méthodes non-animales

5-9 février 2024

NEWS, RAPPORTS, PRISES DE POSITION

1. Déclaration stratégique de l’ECHA 2024 — 2028

L’ECHA a récemment partagé sa déclaration stratégique pour 2024 – 2028. Parmi les différents axes de la stratégie engagée en faveur d’une protection élevée de la santé et de l’environnement, et parallèlement à la promotion d’une croissance verte, numérique et durable, l’une des priorités énumérées dans le rapport est de promouvoir le développement et l’utilisation de méthodes alternatives, ou méthodes non-animales (NAMs) pour l’évaluation des dangers et des risques liés aux produits chimiques.

L’ECHA souhaite : accroître la compréhension, la sensibilisation et les compétences sur la manière dont les NAMs peuvent être utilisées pour réglementer les produits chimiques ; contribuer activement aux plans et à la feuille de route de l’UE visant à remplacer les tests sur les animaux ; continuer à collaborer avec les partenaires européens, internationaux et universitaires sur le développement d’alternatives à l’expérimentation animale et leur utilisation pour l’évaluation des dangers et des risques.

Lire la déclaration stratégique de l’ECHA

2. Une vision basée sur la science moderne pour la réglementation des produits chimique au Royaume-Unis

Les entreprises qui produisent des substances chimiques sont tenues par la loi de garantir que leurs produits sont sans danger pour les humains et l’environnement. Les réglementations régissant cet aspect dans l’Union européenne (par exemple REACH) ont été directement transposées dans le droit britannique lors de la sortie du pays de l’UE.

Un groupe d’experts de l’industrie et du monde universitaire britannique a élaboré un document décrivant les investissements et l’engagement requis pour améliorer la réglementation nationale en matière de sécurité chimique et permettre l’utilisation de développements technologiques et scientifiques de pointe. Ils suggèrent que l’adoption d’une approche plus flexible, modernisée et durable de la réglementation britannique sur les produits chimiques créera d’importants avantages scientifiques, commerciaux et sociétaux, en réduisant le recours aux méthodes d’essais sur les animaux pour protéger la santé humaine et l’environnement.

En savoir plus (article en anglais)

3. Déclaration du NIH sur l’effet catalyseur du développement de nouvelles méthodes alternatives

Les progrès scientifiques majeurs sont souvent motivés par l’invention de nouvelles technologies et approches. Avec l’explosion du travail effectué dans le développement et l’utilisation des NAMs, le NIH a chargé un groupe de travail du comité consultatif auprès du directeur (ACD) d’évaluer les défis et les opportunités pour les NAMs, ainsi que de fournir des recommandations à l’ACD pour les investissements prioritaires afin de catalyser leur utilisation et leur développement dans la recherche biomédicale.

Le groupe de travail a consulté des experts dans le domaine et examiné les commentaires de la communauté pour remettre son rapport à l’ACD lors d’une réunion le 14 décembre 2023. Ce rapport recommande entre autres que le NIH travaille avec la communauté pour donner la priorité au développement et à l’utilisation de méthodes NAMs combinatoires. Il est également préconisé au NIH d’établir des ressources, des infrastructures et des collaborations, de favoriser une diffusion et une interconnexion efficaces et enfin d’investir dans une formation complète pour soutenir les progrès continus dans le développement et l’utilisation des NAMs.

Lire la déclaration (article en anglais)

4. Une approche à trois piliers pour favoriser l’adoption des organoïdes pour la découverte de médicaments, par Nikki Karter et Victoria Durban de Molecular Devices

Depuis décembre 2022, lorsque le Congrès a adopté la loi sur la modernisation de la FDA, l’utilisation d’organoïdes (modèles cellulaires 3D d’origine humaine) suscite un intérêt croissant pour la modélisation de maladies et la découverte de médicaments. Mais pour capitaliser sur cet intérêt et favoriser l’adoption des organoïdes, l’industrie doit relever plusieurs défis. Développer et mettre à l’échelle des organoïdes de manière reproductible est difficile et demande beaucoup de main‑d’œuvre. Impliquer les régulateurs dans les données générées par la recherche sur les organoïdes est un obstacle certain, car la pertinence et la fiabilité des données obtenues à l’aide des organoïdes ne sont toujours pas aussi bien comprises que les données sur les modèles animaux.

Les dernières avancées technologiques, en particulier dans le domaine de l’intelligence artificielle, contribuent à faire progresser l’évolutivité et la reproductibilité des organoïdes, favorisant ainsi des applications plus larges et une acceptation réglementaire. Pour tirer le meilleur parti de ces avancées, l’industrie devrait adopter une stratégie à trois piliers : 1. Cartographier les organoïdes avec la biologie humaine complexe ; 2. Améliorer l’évolutivité et la reproductibilité ; et 3. Faire accepter les organoïdes parmi les régulateurs

En savoir plus (article en anglais)

INDUSTRIES, BIOTECHS, PARTENARIATS

5. Subvention par Eurostars de 2,3 millions d’euros pour la production automatisée de tests cellulaires 3D

Readily3D, CelVivo, Bioneer, SDU et EPFL fusionnent leurs expertises pour développer une plateforme de production automatisée de tests cellulaires 3D. Ce projet a reçu un financement du programme commun Eurostars‑3 avec un cofinancement de l’Union Européenne via Horizon Europe, programme européen de recherche et d’innovation.

Eurostars fait partie du Partenariat européen pour les PME innovantes. Le partenariat est cofinancé par l’Union européenne à travers Horizon Europe. Les partenaires suisses reconnaissent également le cofinancement d’Innosuisse, l’Agence suisse pour l’innovation. En outre, les partenaires danois reconnaissent le cofinancement de l’Innovation Fund Denmark (IFD).

En savoir plus (en anglais)

6. Axol Bioscience et NETRI signent un accord d’approvisionnement

Axol Bioscience annonce la signature d’un accord d’approvisionnement avec NETRI pour la fourniture de kits d’organes sur puce (OoC) comprenant des dispositifs et des iPSC humains pour la recherche préclinique en neurosciences, les cosmétiques et la découverte de médicaments. Cet accord ouvre la voie à de futurs travaux de co-développement entre NETRI, un fournisseur d’OoC, et Axol Bioscience, l’un des principaux fournisseurs de cellules souches pluripotentes induites (iPSC) pour des plateformes in vitro avancées.

Avec cet accord, ils poursuivent les progrès en cours vers la construction de nouveaux modèles de dispositifs neurofluidiques à haut débit de NETRI, alimentés par le système fonctionnel axoCellsTM, qui permettent aux industries pharmaceutique et dermo-cosmétique d’accéder à des modèles d’OoC in vitro pertinents pour l’homme.

En savoir plus (article en anglais)

7. Une alliance entre Insilico Medicine et l’Université de Toronto pour développer des médicaments à partir de l’IA pour des cibles cancéreuses “impossible à traiter”

Le professeur Igor Stagljar de l’Université de Toronto a conclu un partenariat avec Insilico Medicine, une entreprise de découverte de médicaments basée sur l’IA, pour cibler des cancers que les thérapies conventionnelles ont été incapables de traiter.

Dans le cadre de cette collaboration, deux tests sont utilisés : une plateforme de criblage de médicaments sur cellules vivantes (MaMTH-DS) pour identifier et surveiller les interactions protéine-protéine (IPP), et le test SIMPL, qui utilise une “intéine divisée” (un type de protéine avec des propriétés naturelles présentes dans de nombreuses cellules) comme capteur pour la détection des IPP dans n’importe quelle protéine humaine, dans n’importe quelle lignée cellulaire.

Grâce aux analyses de cellules vivantes, les chercheurs peuvent déterminer rapidement l’efficacité des molécules conçues par l’IA pour inhiber des cibles protéiques spécifiques, réduisant potentiellement le processus de validation des médicaments de 4 à 5 ans à quelques mois seulement.

En savoir plus (article en anglais)

DÉCOUVERTES SCIENTIFIQUES & PUBLICATIONS

8. Une IA découvre de nouveaux antibiotiques pour la première fois depuis 60 ans

La découverte de nouvelles classes structurelles d’antibiotiques est nécessaire de toute urgence pour faire face à la crise actuelle de la résistance aux antibiotiques. Les approches de “deep learning” ont aidé à explorer le monde chimique, mais utilisent généralement des modèles de “boîtes noires” qui ne fournissent pas d’informations précises sur les interactions chimiques.

Une étude récente a testé empiriquement 283 composés et a révélé que les composés présentant une activité antibiotique contre le Staphylococcus aureus étaient enrichis en classes structurelles putatives découlant d’études préalables. Cette nouvelle approche permet la découverte guidée par le deep learning de classes structurelles d’antibiotiques et démontre que les modèles de machine learning dans la découverte de médicaments peuvent être compris, fournissant des informations sur les sous-structures chimiques qui sont à la base de l’activité sélective des antibiotiques.

En savoir plus (article en anglais)

9. Le cas de la souris disparue : développer des médicaments contre la mucoviscidose sans utiliser d’animaux

La création et le développement de nouveaux médicaments peuvent prendre des décennies, coûtent des millions de dollars, nécessitent des efforts humains incalculables et coûtent généralement des milliers de vies animales, tandis que des tests précliniques approfondis sur les animaux ne garantissent toujours pas que les médicaments seront sûrs et/ou efficaces.

Ce nouvel article décrit les avancées récentes dans le développement de médicaments où des approches non animales ont été utilisées, pour explorer comment et où celles-ci pourraient être appliquées plus largement pour révolutionner le processus de développement de médicaments et accélérer la création de médicaments sûrs et efficaces. Dans le cadre d’une étude de cas, les chercheurs ont examiné le développement d’un médicament contre une maladie génétique mortelle, la fibrose kystique ou mucoviscidose. Ils ont également regardé de plus près les domaines dans lesquels le développement de médicaments pourrait être accéléré en se concentrant sur des méthodes de test innovantes basées sur la biologie humaine. Enfin, les chercheurs formulent des recommandations, ciblant toutes les parties prenantes, y compris le public, qui seront nécessaires pour mettre cela en pratique et permettre au développement de médicaments de devenir plus efficace — en se concentrant sur les tests basés sur la biologie humaine et en supprimant la souris comme aspect central..

En savoir plus (en anglais)

WEBINAIRES, ATELIERS, SYMPOSIUMS À VENIR

Consultez notre interface d’événements