Complement-ARIE approuvé par le NIH, Publication sur l’échec de l’Europe, Julia Fentem nommée MBE et autres

Complement-ARIE approuvé par le NIH, Publication sur l’échec de l’Europe, Julia Fentem nommée MBE et autres


Actus sur les méthodes non-animales

29 janvier - 2 février 2024

RAPPORTS, PRISES DE POSITION

1. Le programme Complement-ARIE approuvé par le Conseil des Conseils du NIH

Ce 25 janvier 2024, le Conseil des Conseils du NIH (National Institutes of Health, US) a approuvé le concept du nouveau fond commun Complement Animal Research In Experimentation (Complement-ARIE). Le programme Complement-ARIE accélérera le développement, la normalisation, la validation et l’utilisation de NAMs (New Approach Metholodgies) basées sur l’humain et s’appuiera sur les efforts en cours tout en identifiant les opportunités d’innovation et de coordination.

Complement-ARIE a pour objectif de faire progresser considérablement la compréhension de la santé humaine et des maladies en fournissant une gamme de modèles de recherche biomédicale prêts et standardisés. Le développement de ces modèles nécessitera une expertise en recherche sur les maladies, en médecine personnalisée et en dépistage de produits thérapeutiques pour en vérifier la sécurité et l’efficacité.

En savoir plus (article en anglais)

2. Une nouvelle publication révèle l’échec de l’Europe à respecter l’exigence légale des tests chimiques sur les animaux en « dernier recours »

Un nouvel article publié ce mois-ci dans Regulatory Toxicology and Pharmacology par Unilever, Procter & Gamble, Innospec et d’autres membres de l’Animal-Free Safety Assessment Collaboration (AFSA) a exposé de nombreux exemples concrets d’obstacles à l’acceptation des tentatives de bonne foi des entreprises pour honorer les exigences de la loi. La loi européenne sur les produits chimiques stipule en effet que les nouveaux tests sur les animaux ne peuvent être effectués qu’« en dernier recours ».

L’article examiné par des pairs, intitulé « The last resort requirement under REACH : from principle to practice », contient également des recommandations visant à améliorer la gouvernance et l’application de l’exigence légale établie dans l’UE en matière d’enregistrement, d’évaluation, d’autorisation et de restriction des produits chimiques Règlement (REACH). Si elles étaient mises en œuvre, les suggestions de l’AFSA feraient progresser considérablement la science et le bien-être des animaux en aidant à éclairer les plans à venir pour réviser REACH et élaborer une feuille de route de l’UE pour éliminer progressivement les essais sur les animaux dans les secteurs des produits chimiques et d’autres produits réglementés.

En savoir plus (article en anglais)

3. Vers des modèles in vitro pour réduire ou remplacer l’utilisation des animaux dans les tests de médicaments, par le IQ Consortium

Dans le FDA Modernization Act 2.0, devenu loi en décembre 2022, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a déclaré que des NAMs pouvaient être utilisées pour réduire ou remplacer les études conventionnelles sur les animaux, le cas échéant.

Les NAMs in vitro comme alternatives à l’utilisation des animaux ont été progressivement adoptées au cours des dernières décennies. Les NAMs, et en particulier les systèmes microphysiologiques (MPS), gagnent rapidement en pertinence et en complexité physiologiques. La FDA Modernization Act 2.0 devrait contribuer à stimuler leur développement ultérieur.

S’attendant à ce que le chemin vers la validation, l’acceptation réglementaire de routine et un éventuel déploiement généralisé soit progressif et s’étende sur des décennies, les membres du Consortium international pour l’innovation et la qualité dans le développement pharmaceutique (IQ) ont publié un commentaire dans la revue Nature Biomedical Engineering dans lequel ils soutiennent fortement l’expansion des options de tests alternatives pertinentes qui peuvent être utilisées dans les demandes de nouveaux médicaments auprès de la FDA pour justifier qu’un traitement peut être évalué en toute sécurité dans des essais sur l’homme. Ils ont observé que dans l’ensemble, la vague de soutien et de financement en faveur de ces nouvelles approches est encourageante et ils envisagent qu’avec des qualifications de plus en plus solides et des progrès en matière d’automatisation une adoption progressive des NAMs in vitro au cours des prochaines décennies réduira de plus en plus le besoin de études animales.

En savoir plus (article en anglais)

INTERVIEWS, NOMINATIONS, RÉCOMPENSES

4. Julia Fentem nommée Membre de l’ordre de l’Empire Britannique (MBE)

Félicitations à Julia Fentem, à la tête de la sécurité, des sciences de l’environnement et de la réglementation d’ Unilever, qui a été nommée Membre de l’ordre de l’Empire Britannique dans la liste des honneurs du nouvel an du roi en reconnaissance de ses services à la santé humaine et au bien-être des animaux.

Julia, qui a rejoint Unilever il y a 25 ans, a dirigé et accéléré le travail d’Unilever pour développer la science de la sécurité non animale, propulsée par son engagement profond à aider à mettre fin aux tests sur les animaux pour tous les produits de consommation partout dans le monde.

Ce MBE reconnaît également l’impact de Julia Fentem au-delà d’Unilever, plaidant pour des alternatives à l’expérimentation animale à l’échelle mondiale et pour les changements de politique et de législation nécessaires pour mettre fin complètement à l’expérimentation animale pour les produits chimiques.

En savoir plus (article en anglais)

5. Dr. David Brenner, président de l’institut de recherche médicale Sanford Burnham Prebys à La Jolla : “Travailler avec des cellules et des tissus humains réels est beaucoup plus susceptible d’informer directement la recherche médicale”

Les maladies du foie sont parmi les plus courantes aux États-Unis. Plus de 100 millions d’Américains ont une forme, principalement la stéatose hépatique, qui peut, si non détecté et non traité, conduire à la cirrhose et le cancer du foie. Les maladies chroniques du foie et la cirrhose sont les neuvième principales causes de décès aux États-Unis, et en hausse.

Dans son champ de recherche, en hépatologie, le Dr Brenner explique que les chercheurs explorent diverses alternatives à l’expérimentation animale pour trouver de nouveaux médicaments désespérément nécessaires pour le traitement des maladies du foie. Ceux-ci vont des tranches de foie coupées avec précision maintenues en culture aux organoïdes (grappes de cellules en développement qui recréent en miniature la structure et les fonctions des organes) aux systèmes cellulaires bio-imprimés et aux structures 3D durables (foie sur puce).

En savoir plus sur le point de vue de Brenner (article en anglais)

INDUSTRIES, BIOTECHS, PARTENARIATS

6. Top 5 des innovateurs à surveiller en 2024 selon le Center for Contemporary Sciences (CSS)

Le CCS a évalué plus de 150 entreprises et organisations développant ou travaillant avec des technologies adaptées aux humains pour la recherche biomédicale et le développement de médicaments. Les entreprises évaluées comprennent des entreprises pharmaceutiques, in vitro, in silico et chimiques. Le CCS a déterminé 4 critères pour identifier les 5 premières entreprises qui, selon le Centre, ont jusqu’à présent l’impact le plus significatif sur la recherche pertinente pour l’humain et qui devraient être surveillées au cours de l’année à venir.

Lire le rapport (en anglais)

7. Les biotechs Dynamic42 et Biopredic s’associent pour un accord de marketing stratégique

Le spécialiste des organes sur puce Dynamic42 GmbH et Biopredic, fabricant de systèmes de dosage pour la recherche, annoncent un accord de marketing stratégique. Le partenariat conjoint vise à faire progresser le développement de systèmes d’essais in vitro en utilisant des modèles pertinents pour l’homme dès la phase précoce du développement de médicaments.

La collaboration combine le savoir-faire étendu de Dynamic42 dans le développement de modèles d’organes humains miniaturisés (appelés modèles d’organes sur puce) pour le test de médicaments à l’aide de HepaRG™, le modèle unique de cellules hépatiques humaines produit par Biopredic.

Lire le communiqué de presse

8. FluoSphera reçoit une subvention d’Innosuisse de 1,1 million de francs suisse

FluoSphera S.A., une société de biotechnologie développant des solutions in vitro polyvalentes et disruptives pour la découverte de médicaments afin de prédire l’efficacité et la sécurité des médicaments dans des conditions systémiques, a annoncé que son nouveau projet d’innovation avec l’EPFL et l’Université de Genève (UNIGE) a reçu une subvention de 1 100 000 de franc suisse par Innosuisse, l’Agence suisse pour l’innovation.

La recherche proposée générera des données multiplexées pouvant prédire la réponse humaine avec une plus grande précision que la culture cellulaire conventionnelle ou les essais expérimentaux sur des animaux. Et surtout, le projet démontrera comment la plateforme technologique FluoSphera peut réduire considérablement le risque lié à la découverte de médicaments et augmenter la probabilité d’identifier les bons médicaments candidats avant d’atteindre l’évaluation clinique humaine ayant un impact considérable sur les coûts et les délais pour fournir des médicaments sûrs et efficaces aux patients dans le besoin.

En savoir plus (article en anglais)

9. Un accord d’une licence de 500 millions de dollars entre l’italien Menarini et Insilico Medicine

Plus tôt ce mois-ci, Insilico a conclu une entente qui pourrait valoir plus de 500 millions de dollars pour autoriser un médicament potentiel contre le cancer du sein de Stemline Therapeutics, une filiale de Menarini. Dans le cadre de l’accord, Stemline Therapeutics disposera de droits mondiaux exclusifs pour développer et vendre une nouvelle molécule qui pourrait être transformée en traitement des cancers.

La startup travaille actuellement sur 31 candidats-médicaments découverts par l’IA dans des domaines tels que le cancer et la fibrose. Son principal candidat, un médicament potentiel pour la fibrose pulmonaire idiopathique, une maladie pulmonaire incurable, est à mi-chemin des essais sur des humains aux États-Unis et en Chine. En septembre, Insilico a vendu les droits de développement et de commercialisation d’un médicament anticancéreux potentiel à Exelixis, cotée au Nasdaq, moyennant un paiement initial de 80 millions de dollars.

En savoir plus (article en anglais)

OUTILS, PLATEFORMES, APPELS

10. Lancement des ‘Shorts Notes’ par le FC3R

La Plateforme FC3R Short Notes est un outil de diffusion de résultats positifs ou négatifs non publiés. Les chercheurs sont invités à soumettre leurs résultats scientifiques afin de participer à des recherches plus transparentes et plus robustes, et de permettre l’accès à des données qui n’étaient pas visibles jusqu’à présent.

Les ‘Short Notes’ sont de brefs articles rédigés en anglais, limités à 2 000 mots et 2 figures. Les études éligibles incluent les recherches originales ou les réplications avec tout type de résultats : positifs, négatifs ou non concluants. Chaque note courte est soumise à un processus d’évaluation et de validation rapide, après quoi un identifiant d’objet numérique (DOI) est attribué pour augmenter sa visibilité. La portée de FC3R Short Notes ne se limite pas aux expérimentations animales ; cela englobe également les études non animales qui promeuvent les 3R dans la recherche. Les données d’une ‘Short Note’ restent disponibles pour une soumission future à une revue à comité de lecture.

Accédez aux Shorts Notes du FC3R (en anglais)

11. Appel Horizon Europe : Gagner en expérience et en confiance concernant les NAMs pour les tests réglementaires de sécurité et d’efficacité — formation coordonnée et échange d’expériences pour les régulateurs

De plus en plus de preuves scientifiques soulignent les limites des tests sur les animaux pour évaluer la sécurité et l’efficacité des produits chimiques et pharmaceutiques. L’Europe connaît également une forte demande sociétale visant à abandonner les expérimentations animales. Les progrès scientifiques des deux dernières décennies ont produit un certain nombre de NAMs (New Approach Methodologies) sans animaux qui ont le potentiel d’être utilisées à la place des modèles animaux actuellement utilisés pour de tels tests. Cependant, les régulateurs manquent encore de connaissances, d’expérience et de confiance quant à la manière dont les résultats des tests NAMs pourraient être utilisés, ce qui pourrait limiter l’utilisation des NAMs par l’industrie en raison du manque de sécurité juridique lors de la génération des données de sécurité et de santé requises par la législation européenne.

Dans le cadre de l’objectif de compétitivité de l’industrie liée à la santé, Horizon Europe lance un appel à propositions centrées sur des alternatives à l’utilisation d’animaux pour les tests réglementaires de sécurité et d’efficacité.

Date limite : 11 avril 2024

Budget : 2 000 000 €

Voir l’appel (en anglais)

DÉCOUVERTES SCIENTIFIQUES & PUBLICATIONS

12. Une approche de toxicologie systémique pour l’identification des perturbations de l’homéostasie du cholestérol après une exposition globale à des mélanges de composés perfluorés (PFAS) chez l’homme

Les substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS) sont utilisées dans divers produits ménagers et industriels. Chez l’homme, des associations positives ont été rapportées entre les PFAS, alors que les études animales montrent le contraire. Des approches centrées sur l’humain sont nécessaires pour mieux comprendre les effets des mélanges de PFAS sur le cholestérol.

Une nouvelle approche de toxicologie systémique a été développée par Rob Sterium et ses collègues de l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée TNO. Cette approche consiste à utiliser un modèle biocinétique du cholestérol centré sur les gènes ; modèle cinétique physiologique existant des PFAS, augmenté des compartiments pulmonaires et cutanés et alimenté par des données reflétant l’exposition au mélange au cours de la vie.

À l’aide d’une approche computationnelle centrée sur l’humain, les effets de l’exposition cumulée aux PFAS au cours de la vie sur l’homéostasie du cholestérol ont clairement distingué les expositions de fond des expositions professionnelles élevées, et ont aidé à identifier les sous-groupes professionnels à risque potentiel. Cette approche pourrait aider à développer des approches quantitatives d’évaluation des risques pour la santé humaine liées aux PFAS, ce qui est peu susceptible d’être réalisé par les seules études animales et épidémiologiques.

En savoir plus (article en anglais)

13. Les électrodes « kirigami » ouvrent de nouveaux horizons pour la recherche sur les organoïdes cérébraux

Inspiré de l’art papier japonais, un nouveau dispositif peut enregistrer des modèles « organoïdes » 3D du cerveau humain en développement pendant des mois sans perturber leur croissance ou leur structure. 

La réalisation du plein potentiel des organoïdes et des ‘assembloïdes’ pour modéliser le développement neuronal et la maladie nécessitera des méthodes améliorées pour l’enregistrement à long terme et minimalement invasif de l’activité électrique. Les technologies actuelles ne permettent pas l’enregistrement chronique des organoïdes en suspension, ce qui est nécessaire pour préserver l’architecture.

Inspirés par l’art kirigami, les chercheurs ont développé des composants électroniques flexibles qui passent d’une configuration bidimensionnelle à une configuration en panier tridimensionnelle avec des motifs en spirale ou en nid d’abeille pour s’adapter à la culture à long terme d’organoïdes en suspension. Dans un article publié dans Nature Biotechnology en janvier 2024, l’équipe montre que cette plateforme, nommée kirigami electronics (KiriE), intègre et permet l’enregistrement chronique des organoïdes corticaux jusqu’à 120 jours tout en préservant leur morphologie, cytoarchitecture et composition cellulaire. (…) KiriE permettra d’étudier des maladies et les schémas d’activité sous-jacents à l’assemblage du système nerveux.

L’étude a été menée par le chercheur postdoctoral interdisciplinaire Wu Tsai Neuro Xiao Yang et le post doctorant Csaba Forro du laboratoire Cui.

En savoir plus (article en anglais)

14. Des répliques numériques de patients peuvent les aider à retrouver la santé

Les simulations du corps humain et les données avancées promettent un traitement médical plus personnalisé pour toute une série de maladies. En testant des méthodes et des médicaments sur des « jumeaux numériques », le personnel médical peut déterminer lui-même les meilleurs traitements pour les patients. 

“Nous ne voulons certainement pas faire d’essais et d’erreurs sur le patient, mais avec un jumeau numérique, nous pouvons tenter l’opération plusieurs fois”, a déclaré Biancolini, professeur agrégé de conception de machines à l’Université de Rome. Il dirige un projet de recherche financé par l’UE visant à former des chercheurs débutants au large éventail d’utilisations des jumeaux numériques pour le traitement et la prévention des anévrismes. Ces affections peuvent être présentes chez les personnes dès la naissance ou résulter de conditions telles que l’hypertension artérielle, les plaques graisseuses et les traumatismes.

En savoir plus (article en anglais)